S’il y a un plat incontournable de la gastronomie aveyronnaise, c’est bien le tripou ! Mais le tripou est certainement plus qu’un simple plat, c’est un symbole de la culture aveyronnaise !

Les tripoux, c’est quoi ?

Il faut beaucoup de temps et de savoir-faire pour faire des tripoux. A la base, il faut de la panse de veau ou d’agneau (de l’Aveyron). La panse est découpée soigneusement en lamelles puis roulée à la main de façon à former de petites poches. Les poches sont ensuite cousues après avoir été garnies d’une bonne farce. Ces petits paquets sont alors mis à mijoter pendant des heures dans un jus à base de coulis de tomate, céleri, vin blanc, carottes, oignons, ail et plantes aromatiques.
Les tripoux, c’est cela, un plat typique à base de panse de veau ou d’agneau farcie, un plat fin et plein de saveurs.
En accompagnement, les tripoux se servent avec des pommes de terre, éventuellement des pâtes, mais encore mieux avec un aligot.

A l’époque, quand mangeait-on des tripoux ?

A l’origine, le tripou est un mets paysan.
Le dimanche matin, les propriétaires terriens ou les simples paysans dégustaient les tripoux à la ferme avant le départ pour la messe.
C’était aussi un plat de fête consommé tôt le matin dans les petits restaurants situés à proximité des fameuses foires aux bestiaux.

Et de nos jours, quand mange-t-on des tripoux ?

Les tripoux se dégustent classiquement tout au long de l’année, le midi ou le soir. C’est tellement bon et pratique. Il suffit de réchauffer les tripoux à feu doux et de les servir avec des pommes de terre rissolées ou simplement cuites à l’eau.
Mais estomacs fragiles, attention ! Les tripoux en Aveyron se dégustent aussi au petit-déjeuner ! Si vous aimez l’authentique, le rural, testez à l’occasion cette formule de petit-déjeuner à la fourchette. Renseignez-vous, cela se passe le dimanche matin dans des petits bistrots qui perpétuent cette tradition ou lors de certaines fêtes de villages. Sur les tables, point de lait, de confitures ou de croissants. A la place du vin, local, de la saucisse sèche comme entrée et du bon pain croustillant.
Habitants du village, paysans des fermes alentours, jeunes plus ou moins fatigués mais qui veulent continuer la fête et quelques touristes un tant soit peu intrépides se pressent alors dans un certain brouhaha autour des tables. Une odeur délicieuse précède l’arrivée des assiettes. Chacun attaque alors avec bonheur son plat, tripoux, succulente sauce et pommes de terre. Une fois fini, chacun s’applique à saucer [chimper] avec soin et délectation toute son assiette. Enfin, un plateau de fromages tourne sur les tables pour ceux qui veulent éviter d’avoir un petit creux avant le repas de midi.
Après ce petit-déjeuner aveyronnais, convivial et copieux, je vous l’assure, tout le monde repart radieux et rassasié [sadoul] !

Tripoux de l’Aveyron, pâtes fermières, vins de terroir


cfermier.fr vous propose de succulents tripoux bio réalisés de façon artisanale par le Gaec de Montredon. Mais aussi des pâtes fermières et de superbes vins de terroir.
Vous pouvez servir votre plat de tripoux indifféremment soit avec un vin blanc sec, soit avec un vin rouge de caractère.

Bon appétit !